Fins de mois difficiles, stop au surendettement

Le nombre de foyers concernés par les fins de mois difficiles, et par la vie à découvert dès le 15 du mois …etc va croissant au sein de la population française d’année en année. Les publicités déferlantes des années 90, depuis ininterrompues, et les effets de la crise jouant leur rôle, la notion de surendettement et son dérivé : le mal endettement nous sont devenus familiers. Pour tous ceux qui y sont confrontés, il existe des solutions, auxquelles il faut savoir recourir de manière anticipée, afin d’éviter, dans les pires cas, la banqueroute financière, et parfois, de véritables tragédies humaines.
Quand le taux d’endettement du foyer avoisine les 40 % , il est nécessaire d’envisager une solution permettant une baisse des mensualités totales des divers crédits à la consommation. Deux cas sont envisageables. La situation est encore assez saine pour permettre une étude de rachat de crédit. Il est alors vivement conseillé de vous rapprocher prioritairement de votre établissement bancaire principal. Votre conseiller est certainement le plus à même d’étudier votre situation, et de vous proposer des solutions adéquates, en fonction d’une mention, existante ou non, au fichier national des incidents de crédit aux particuliers.

Comment s’en sortir

Hormis votre banque, il existe sur le marché divers organismes financiers spécialisés dans le rachat de crédit. Le rachat de la totalité de vos crédits en cours, remplacé par un seul emprunt, remboursé par une mensualité unique, renégociée à la baisse, permet ainsi l’allègement du budget, et donc l’abaissement du taux d’ endettement.

Parfois, la situation est trop dégradée pour qu’un rachat de crédit puisse être envisagé. Il est toujours possible, si le nombre de créanciers n’est pas trop important, de négocier avec chacun d’eux, une baisse de mensualité. Ceux-ci préfèrent souvent accorder un plan de réaménagement interne, avec une baisse du taux d’intérêt et de la mensualité, plutôt que d’avoir à gérer un plan de surendettement. Cependant, cette solution n’est envisageable que si vos retards ne sont pas trop conséquents, et dans la mesure où ces organismes acceptent de revoir leurs prétentions à la baisse.

Enfin, quand toutes les portes se ferment, il faut alors envisager le dépôt d’un dossier de surendettement auprès de la commission de la Banque de France dont vous dépendez ; ce, en fonction de votre lieu de résidence. Cette commission a des pouvoirs importants dont la mise en place d’un moratoire, le réaménagement de vos dettes ou encore leur effacement total dans les situations les plus compromises.